Le TAG au top de l’Europe

Ils étaient 6 en parfaite parité, motivés, équipés et entraînés par Claire notre guide alpinisme préférée. En cette semaine d’ascension, malgré une météo peu engageante au départ, la petite équipe de Tageurs ski alpi a pris ses marques dans le massif du Mont Blanc avec une première nuit au refuge du Plan de l’Aiguille dès le premier soir. Au programme, 4 jours d’acclimatation en haute altitude avec traversées entre Aiguille du Midi, refuges Torino et Cosmiques, ateliers mouflage en conditions réelles, navigation entre les crevasses par temps de brouillard et descente de la Vallée Blanche.

Fin prêts, après une après-midi et une soirée de récupération à Chamonix, ils reprennent le téléphérique de l’Aiguille du Midi direction le refuge des Grands Mulets. Le temps est au grand beau et la neige tombée récemment présage de bonnes glissades pour la redescente. Le refuge juché sur son aiguille est plein à craquer pour tout le week-end. Essentiellement des skieurs chevronnés qui partagent le même objectif : faire l’ascension du Mont Blanc à ski, 1800 m de dénivelé avec des passages d’arêtes avec crampons et piolet.

L’après-midi au refuge sera notre nuit même si l’énorme bibliothèque de récits de montagne nous captive irrésistiblement.

La nuit est claire et les étoiles brillent; il est 1h du matin ce 31 mai 2019 et nous sommes les premiers à nous élancer à la lueur de nos frontales. Sans bruit, Claire nous fait la trace et nous apercevons les lumières de la vallée juste en dessous de nous. Après 1h30 d’ascension à ski, nous chaussons les crampons et, skis sur le sac, nous attaquons l’arête de neige et glace qui nous mènera au Dôme du Goûter en évitant les bruyants séracs de l’ancienne voie normale. Deux cordées se suivent : Claire, Stéphane et Gaëlle puis Antoine et Sophie. Cyril qui s’est régalé lors de l’acclimatation se réserve le Mont Blanc pour plus tard. Des cordées nous dépassent et nous arrivons à la hauteur du refuge Vallot avec le lever du soleil : magnifique !

La longue progression se poursuit avec la fameuse Arête des Bosses. Antoine et Sophie crachent leurs poumons encombrés mais tiennent bon jusqu’au sommet.

Et là, c’est l’exaltation, heureux d’avoir accompli un rêve et partagé cette aventure alpiniste exceptionnelle.

Mais le vent glacial souffle fort. Le temps d’une photo d’équipe en pensant aux copains et nous voila, skis aux pieds, descendant les pentes de la face Nord au beau milieu des séracs, heureusement silencieux à ce moment là. La neige est excellente et malgré notre fatigue, nous profitons pleinement de ces 2800 m de dénivelé à ski. Que du bonheur. Pour finir en amoureux de la montagne mais aussi pour éviter des risques de coulées, nous descendons les 800 m restants via un petit sentier de randonnée. A peine fourbus les Tageurs! De retour au Chamoniard Volant, nous profiterons, après une incontournable fondue savoyarde, d’une dernière nuit de repos orchestrée par quelques ronflements avant le retour vers nos chères Pyrénées !