Retour sur le sélectif de Vitesse 2018 à Voiron

Un sélectif c’est quoi ?

C’est une compétition organisée par la FFME, spécifiquement pour sélectionner des grimpeurs en Equipe de France, pour aller disputer, une seule, ou plusieurs compétitions internationales.


Le compte rendu

C’est la première fois que des grimpeurs du tag se présentent au Sélectif de vitesse, Ils sont 2 grimpeurs : Paul CHEVAL et Sarah VOUAUX.

Ils sont accompagnés de leur Coach Cécile (Tageuse en STAPS à Fonr-Romeu) et de Yoann leur supporteur.

Leur objectif est d’entrer en équipe de France, avec pas moins de 6 places à prendre par catégorie.

Mardi 20 mars

La petite troupe, part de Tournefeuille en direction de Voiron (vers Grenoble) en milieu d’après-midi. Le trajet se déroule dans la bonne humeur et la rigolade, ce qui permet à nos 2 grimpeurs de ne pas stresser. Nous mangeons dans un petit restaurant à Grenoble, avant d’aller dormir à l’hôtel.

Mercredi 21 mars

Ce matin là c’est grâce mat’ suivie d’une petite visite de Voiron sous quelques flocons pour se changer les idées, ce qui permet aussi à Paul et Sarah de rester détendus avant la compétition.

A 12h nous arrivons au TSF (Tremplin Sport Formation) de Voiron où les 2 murs extérieurs de vitesse et de difficulté sont imposants. Nous rejoignons d’autres jeunes présents pour le sélectif, à l’intérieur dans la salle de bloc du pôle. C’est là que le stress commence à monter avec plusieurs membres de l’équipe de France ! Un sandwich en guide de repas léger avant d’aller s’échauffer : de la course, des exercices, des sauts, du sprint, il faut bien faire monter la température du corps car il fait très très froid dehors, avec des températures bien hivernales !! On n’oublie pas les doigts et on va toucher les prises, faire quelques jetés.

Dans la salle de bloc, certains pans possèdent des extraits de la voie de vitesse : parfait pour certains qui ne connaissent pas la fin de la voie, les autres finissent de caler les mouvements ou encore essayent de dérouler au maximum pour se détendre et finir de bien chauffer les muscles tant qu’il fait chaud. S’échauffer au milieu de très bons grimpeurs, provoque aussi une grosse montée du stress pour nos grimpeurs.

Ils sont 34 jeunes présents sur ces sélectifs. Paul et Sarah sont les 3ème et 4ème à passer.

La compétition débute à 14h. Ils ont droit à 2 practices à réaliser entre 13h30 et 14h.

Chaque grimpeur aura droit à 6 runs de type qualif (c’est à dire qu’il n’y aura aucun duel tout long de la compétition), le moindre faux-départ sera éliminatoire !

Les practices (de 13h30 à 14h) : sur le mur extérieur

Ils servent à prendre ses marques et de dernier repérage avant la compétition, ou encore de travailler le départ.

Les practices se font par 2 : Paul et Sarah passent ensemble. Un faux-départ de Sarah sur le 1er practice fait monter d’un cran la tension des tageurs…

Pas mal d’erreurs sur les 2 practices pour Paul et Sarah…

14 : Début de la compétition

C’est parti ! Quelques derniers mots aux grimpeurs avant qu’ils n’entrent complètement dans leur compétition : Calme, posé il va falloir dérouler et tout donner. Le 1er run risque de conditionner les grimpeurs sur le reste de la compétition, un bon run les mettra dans un état positif et de réussite.

C’est Paul qui s’élance en premier, avec quelques petites erreurs, il réalise quand même un superbe 1er run qui est de bon augure. Sarah enchaîne juste après, elle réalise elle aussi un beau run de 10 »80.

Il faudra être plus confiant sur la suite et mettre plus de puissance pour grappiller le temps nécessaire pour entrer dans les cotas.

Pour certains, un 1er mauvais run sera déterminant pour la suite de la compétition au niveau du mental, Ils s’écrouleront dans tous leurs runs suivants…

Entre chaque runs nos grimpeurs se déguisent en esquimaux, avec un pantalon par-dessus le baudrier, les gants, les moufles (heureusement que le coach y a penser car il fait très froid), les doudounes et écharpes ne laissent dépasser que les yeux de nos grimpeur. Parfois un petit tour au chaud à l’intérieur leur permettra de ne pas se refroidir.

Le 2nd run : pour Sarah c’est la catastrophe, la pression remonte encore. Heureusement que sur le 3eme run elle se rattrape et signe un super temps de 10,72sec !!! Ce sera finalement sont plus beau run car par la suite elle tombera 2 fois un niveau du jeté ou elle chute, puis un run avec énormément d’erreurs.

Pour ¨Paul, il y a pas mal d’erreurs qui se glissent dans son run suivant, puis au fur et à mesure des runs, il réalise de moins en moins d’erreurs. 5ème run : Il s’élance en ayant oublié de prendre son sac à pof en bas du mur, alors il a serré les prises pour ne pas les laisser partir ! Il ne perd pas trop de temps sur le début, maitrise le jeté et ne commet pas les erreurs précédentes sur le haut de la voie. Au buzzer le temps affiché est 8,11sec !!! Pour pouvoir espérer entrer en équipe de France en Cadet homme, il faut faire un temps maximal de 8,10sec… Il passe à 0.01sec de la place en équipe de France. Mais il lui reste encore 1 dernier run pour pouvoir s’exprimer. Il n’a pas dit son dernier mot. On sait que tout se joue sur ce run là, il n’a pas le droit à la moindre erreur. Il n’oublie pas son sac à pof, il se concentre, il doit le faire parfaitement. Au départ il prend de la vitesse et s’élance, il donne tout, pas d’erreur dans le bas de la voie, il monte encore, mais il commet l’erreur à ne pas commettre , l’erreur impardonnable qui lui fait perdre de précieux dixièmes de seconde…. A cette erreur, nous savions tous qu’il venait de passer à 1 centième de l’équipe de France !

Un centième !!??
0,01 seconde ??!

 

On fait les sac et il nous déjà reprendre la route. Les résultats seront divulgués sur le site de fédération le soir même ou le lendemain matin. Nous espérons que pour un minable centième, il pourras quand même intégrer l’équipe de France…

Nous nous arrêtons au Block Out de Montpellier pour que les grimpeurs frustrés puisent s’énerver dans les blocs, et cela permet au supporter et à leur coach de relâcher la pression en attendant les résultats.

Les résultats

C’est finalement tard dans la soirée que les résultats sont publiés.

Sarah est classée à une belle 4ème place mais ses temps ne suffisent pas pour espérer intégrer l’équipe de France.

Pour Paul classé 3ème, le coup est dur à encaisser, il n’est pas qualifié à 0,01seconde !!! Il ne parviendra qu’à articuler ce nombre durant de longues heures….

Nous reprenons la route, pour arriver à Toulouse au beau milieu de la nuit.

La suite de l’aventure aura lieu dans quelques jours à peine, lors du Championnat de France de vitesse jeune à Niort. On espère qu’ils arriveront à transformer leur frustration en moteur de motivation pour réaliser de beaux run le weekend prochain !!


Le petit mot de nos grimpeurs

  • Paul: « C’est pour l’instant la plus enrichissante des compétitions sur le plan physique (avec le froid) et et psychique (0.01sec). Je remercie Cécile qui a bien voulu nous entraîner pendant 4/5 mois, Yoann qui nous a conduit à Voiron et qui m’a massé pour me détendre« 

  • Sarah: « C’était une expérience géniale, et malgré les résultats il faut garder le meilleur » !

  • Equipe: « Nous remercions surtout Laurent qui nous à organisé la virée (et qui nous a pas mal soutenu tout de même), puis Cécile qui malgré la distance nous a entrainé pendant 4/5 mois. Et enfin, merci au TAG« 


Le petit mot du TAG

Déjà, félicitations à ces jeunes qui se sont pris en main au sein du TAG, pour faire avancer leur projet. 

La motivation est venue d’eux même. Les sollicitations sont venus d’eux même, Paul notamment a tenu la saine pression pour que le TAG suive.

La vitesse n’a en effet jamais été une préoccupation du club, faute de structure bien sur, et parce que la vitesse reste une discipline récente dans la majorité des clubs. 
Il n’a pas été simple de leur donner de quoi s’entrainer : pas d’entraineur véritablement formé et assigné (merci à Antoine et Karl toutefois de les avoir aidés au fil des séances), et des difficultés sur le système de chronométrage livré incomplet et pas à jour.

La commission compétition n’avait pas prévu cet engouement sur cette première année, et n’avait pas véritablement budgétisé beaucoup sur la discipline, mais ça a pu être réajusté pour pouvoir les accompagner sur une Coupe de France à Arnas, sur ce sélectif, et bien entendu sur les Championnats de France à venir le 30 mars à Niort.

A noter que nos 2 TAGeurs ont été remarqués par le staff de la FFME, et ont souligné qu’ils avaient de réelles qualités pour la discipline. Il n’y a plus qu’à continuer en espérant oublier les frustrations de cette première grande échéance.

A suivre…


Sarah
Paul
Sarah
Yoann
Cécile