Comprendre les formats et catégories de compétition en escalade

Comme tout sport, l’escalade de compétition possède différents formats de compétitions, ses règles, ses codes et langages. Cette page apporte quelques explications pour s’y retrouver.

Les 3 disciplines | Les formats | Les classements |
Les équipes de France et locales | Les règlements FFME | Les disciplines en détail
Les catégories par âges


Les 3 disciplines en compétition

La difficulté

Le bloc

La vitesse

Le grimpeur est assuré avec une corde.
L’objectif est de grimper en tête le plus haut possible dans une voie imposée, avec un seul essai. Le grimpeur qui sera allé le plus haut sera le vainqueur (si égalité, un départage au chronomètre est possible).Hauteur du mur : très variable, mais généralement entre 8 et 18m.Aussi appelé « La voie » ou « Escalade sur corde ».Format classique :
2 ou 3 voies de qualifications, puis demi-finale, puis finale de 8 grimpeurs.→ Plus de détail sur le déroulement d’une compétition de diff…
Le grimpeur n’est pas encordé, il évolue au dessus de tapis, à 4m50 maximum de hauteur.

L’objectif là aussi est d’atteindre la prise finale, au plus haut du mur le plus souvent.

Plusieurs blocs sont à faire. Plusieurs essais par bloc sont possibles, mais limités en nombre.

Le vainqueur est celui qui aura sorti (réussi) le plus de blocs, en moins d’essais possibles.
Pour les ex-aequo, il y a une prise bonus à mi-bloc qu’il aura fallu atteindre également en moins d’essai possible.

Format classique : 
8 blocs voire plus, de qualifications, puis demi-finale ou pas, puis finale de 6 grimpeurs.

→ Plus de détail sur le déroulement d’une compétition de bloc…

Le grimpeur est encordé.

Il doit atteindre le buzzer final le plus rapidement possible, sur une voie connue à l’avance, qui est toujours la même (mêmes prises placées toujours au même endroit, sur un mur d’inclinaison identique).

Hauteur du mur : 15m

Il existe des variantes : même voie mais limitée à 13m, voire moins, ou alors de la vitesse sur voie « classique ».

Cette discipline est un peu en marge des autres pour la majorité des grimpeurs, mais elle va devenir plus importante depuis que l’on sait (2016) que l’escalade et les 3 disciplines vont entrer aux JO.


Les différentes compétitions

 

Les « Officielles »

Une compétition « officielle » est organisée selon des règles dictées par la fédération. Elles sont prises en compte dans les classements officiels nationaux des grimpeurs, de minimes à vétérans.

Les compétitions types sont les Championnats, les Coupes de France, les Trophées Poussins-benjamins, et les Opens officiels.

Tous les formats détaillés ci-dessous sont officiels.

Les « Promotionnelles »

Le format, les règles, le classement, sont à la discrétion de l’organisateur qui est assez libre de faire ce qu’il veut.

Dans la région, les GET (Garonne Escalade Trophée) en sont un bel exemple.

Parfois, certains événements mêlent compétition officielle pour certaines catégories, et promotionnelles pour d’autres.

 

Les catégories d’âge

Les classements en compétitions officielles se font toujours par catégories : âge et sexe.
Chez les jeunes : minimes, cadets, juniors (+ poussins et benjamins pour les Trophées)
Chez les adultes : séniors
Les cadets et juniors peuvent concourir en sénior, ils sont dits « surclassés » et doivent en faire la demande préalable auprès de la fédération (formulaire à télécharger sur cette page).
Au delà de 40 ans, les grimpeurs peuvent toujours concourir en sénior, mais sinon la catégorie Vétérans leur est dédiée. Il n’y a pas de sous-catégories de type V1, V2, V3…
Ci-dessous vous trouverez les catégories correspondantes aux années de naissances…

→ Les Championnats

Le circuit des Championnats est le plus important en France. Un grimpeur doit se qualifier sur chaque championnat pour prétendre participer au Championnat supérieur, avec en ligne de mire les Championnats de France, et pourquoi pas, le titre de Champion de France pour l’Or, titre de Vice-champion de France pour l’Argent, et le médaillé de bronze.

  • Championnats départementaux :
    Ouvert à tous les grimpeurs d’un département.
    Décerne les titres de champions départementaux et médaillés départementaux, pour la saison sportive.
    Selon un quota calculé à l’avance, les meilleurs grimpeurs de chaque catégorie sont qualifiés pour les Championnats de ligue (ou championnat régionaux).
    Il existe des départementaux de difficulté et de bloc. Les départementaux de vitesse ne sont pas obligatoires.
  • Championnats de ligue (ou régionaux) :
    Décerne les titres de champions régionaux et médaillés régionaux, pour la saison sportive.
    Selon un quota calculé à l’avance, les meilleurs grimpeurs de chaque catégorie sont qualifiés pour les Championnats de France.
    Les régionaux de vitesse ne sont pas obligatoires pour aller se présenter aux Championnats de France de vitesse.
    Certains grimpeurs ayant obtenu de très bons résultats ne sont pas obligés de passer par les régionaux pour être qualifiés aux France, ils sont dits « qualifiés direct ».
  • Championnats de France
    La compétition nationale la plus importante, puisqu’elle délivre le titre de Champion de France de chaque discipline et catégorie.
    Les médaillés sont également le plus souvent sélectionnés pour intégrer l’Equipe de France, ou l’Equipe de France jeunes (cf. ci-dessous).

→ Les Coupes de France

Ce circuit national est important. Chaque étape réunit des grimpeurs de toute la France (sans sélection nécessaire), et bien souvent les meilleurs sont présents, ce qui en fait des compétitions de haut niveau.
Chaque étape se déroule dans une ville différente, et possède son classement. Selon leur place, les grimpeurs gagnent des points (100 pour le premier, 80 pour le second, etc…).

Au fil des étapes (3 à 6 par an et par discipline), les grimpeurs cumulent les points, et à l’issue de la dernière étape, le classement final de la Coupe de France de chaque discipline est connu, ainsi que les médaillés.

A noter que les 8 premiers de chaque catégorie sont « qualifiés direct » pour les Championnats de France.

→ Les Opens

Les Opens classés officiels sont des compétitions de niveau régional ou national, ouverts à tous, et dont le format et le règlement permet d’être classés en « officiel ».
L’intérêt pour les grimpeurs et les clubs est que chaque performance est prise en compte dans le classement national individuel de chaque grimpeur.

→ Les Trophées Poussins-Benjamins

Circuit en pleine croissance, ils s’adressent aux catégories plus jeunes que ci-dessus.
Le Trophée National Poussins Benjamins est en quelque sorte un Championnat de France des plus jeunes qui ne sont pas encore en catégories dites officielles.
Là aussi, pour pouvoir y concourir, il faut avoir participé (quel que soit le résultat) au Trophée Régional Poussin Benjamin de sa région.


Les différents classements nationaux

→ Le classement national individuel

Hormis le classement des Coupes de France vu ci-dessus, l’autre classement d’importance est le Classement national individuel.
Chaque grimpeur disputant une compétition « officielle » inscrit des points, selon un mode de calcul assez complexe, et ses meilleures compétitions comptent pour son classement national individuel.

Aujourd’hui, ce classement a pour objectif de :

  • calculer le classement national des clubs
  • calculer les quotas d’accession aux Championnats de France pour chaque région. Sommairement, plus il y a de grimpeurs classés et bien classés dans une région pour une discipline et une catégorie, et plus cette région aura de places accordées aux Championnats de France, dans la discipline et la région
  • permettre aux 10 premiers classés en séniors d’être qualifiés direct aux Championnats de France séniors de la discipline considérée

→ Le classement national club

Il est calculé en prenant les 5 meilleurs classements individuels hommes, et les 3 meilleurs classements individuels femmes.
Voir le palmarès du TAG…

 


Les équipes nationales et locales

 

→ Les Equipes de France

Intégrer les Equipes de France

On intègre en général l’Equipe de France pour une à plusieurs compétitions dans une saison, mais jamais pour une saison entière. Chaque grimpeur doit donc performer tout au long de l’année pour espérer y rester, ou y revenir.
Entrer en Equipe de France peut se faire via ses résultats en Championnat de France, et/ou à des compétitions supplémentaires spécifiques dénommées « les sélectifs ».

Une équipe comporte en général 3 à 5 grimpeurs nationaux par catégorie.

Critères 2016-2017 : à venir courant 2017…

Les différentes équipes de France
  • L’Equipe de France (les séniors et rares jeunes surclassés qui représentent la France sur les Coupes du Monde, Championnats d’Europe et du Monde, et prochainement les JO)
  • L’Equipe de France « réserve ».
    Sur certaines compétitions internationales séniors, la fédération permet à des grimpeurs supplémentaires de s’inscrire. Les séniors ou jeunes retenus peuvent donc concourir, mais ils ne sont pas pris en charge sur la compétition (matériellement, financièrement, et coaching)
  • L’Equipe de France Jeunes
    Les jeunes sélectionnés disputent en général des Coupes d’Europe, et selon leurs résultats, les Championnats d’Europe de leur catégorie et discipline, et enfin pour les plus performants aux Championnats du Monde de leur catégorie et discipline.

→ Les équipes régionales et départementales

Ces équipes sont construites à la discrétion des comités territoriaux et ligues régionales.
Les comités ont le choix du nombre de grimpeurs, des critères d’accès et des programmes d’entrainements ou de sorties.

Pour la Haute-Garonne et Midi-Pyrénées, les critères 2016-2017 sont les suivants :


Les règlements FFME

Pour tout savoir sur les règlements fédéraux FFME…


En pratique je m’y mets, comment ça va se passer ?

La difficulté

Une compétition de difficulté se déroule en 2 ou 3 tours.

  • 1er tour – les qualifications
    Les compétiteurs grimpent en tête, deux à trois voies, souvent de difficultés croissantes.
    Temps maximum de réalisation variable.
    Les prises sont « numérotées » dans la sens de la progression, et plus le grimpeur va haut avant de chuter, et plus il va marquer de points. Le maximum de points est pour celui qui « sort » la voie, c’est à dire qui clippe sa corde dans la dernière dégaine de la voie.
    Un seul essai, même si chute à 15cm du sol !
    Au maximum selon le nombre dans la catégorie, les 26 meilleures performances sont retenues pour accéder au second tour.
  • 2ème tour (facultatif, mais apprécié ;)) – les demi-finales
    Les compétiteurs grimpent une nouvelle voie, en 6mn maximum.
    Parfois c’est « flash » (ils voient les autres grimpeurs grimper), parfois c’est « à vue » (ils ne connaissent pas la voie et ne voient pas les autres grimpeurs).
    Au maximum selon le nombre dans la catégorie, les 8 meilleures performances sont retenues pour accéder à la finale.
  • 3ème tour (ou 2ème) – la finale !
    Les compétiteurs grimpent une dernière voie, « à vue », en 6mn maximum.
    En cas d’égalité, les ex-aequos sont départagés sur leur classement d’après 2ème tour, ou sinon 1er tour. En cas d’égalité encore, les 3 premiers sont départagés par le chronomètre sur la voie de finale.

Le bloc

Une compétition de bloc se déroule en 2 ou 3 tours, la plupart du temps en 2 tours, même pour les Championnats de France jeunes.

  • 1er tour – les qualifications
    Plusieurs systèmes possibles :
    contest à essais limités ou contest à essais illimités.
    – Contest à essais limités, sur un temps global maximum.
    8 à 10 blocs différents sont proposés.
    Selon leur nombre, les compétiteurs ont un temps pour en réussir un maximum (souvent 1h30 ou plus). Le nombre d’essais maximum pour chaque bloc est limité, normalement à 5.
    – Contest à essais illimités, sur un temps global maximum.
    Chaque bloc vaut 1000 points, à partager entre tous ceux qui ont réussi le bloc. Ainsi ceux qui ont réussi des blocs réussis par peu de personnes gagnent plus de point. Le score se fait sur l’addition de tous les blocs.
    – Circuit
    Nombre de bloc limité. Temps limité pour chaque bloc. Les compétiteurs sont « à vue ». Ils ne connaissent pas les blocs et ne voient pas les autres les grimper.La réussite d’un bloc consiste à ramener les 2 mains en stabilisant, sur la prise finale.
    La meilleure performance consiste à réussir le plus de blocs possibles (1er critère), en moins d’essais possibles (2ème critère).
    Si égalité, alors la meilleure performance consiste à réussir le plus « bonus » possibles (3ème critère), en moins d’essais possibles (4ème critère). Le bonus est réussi quand le grimpeur a réussi à toucher et « utiliser » une prise particulière placée au milieu du bloc (une seule main suffit).
    Hauteur limitée à 4m50. Le nombre de prises de main moyen doit être entre 4 et 8, sans excéder 12 prises pour un bloc.
    Au maximum selon le nombre dans la catégorie, les 20 meilleures performances sont retenues pour accéder au second tour.
  • 2ème tour (facultatif, mais apprécié ;)) – les demi-finales
    Format circuit (cf ci-dessous).
    Au maximum selon le nombre dans la catégorie, les 8 meilleures performances sont retenues pour accéder à la finale.
  • 3ème tour (ou 2ème) – la finale !
    Format circuit de 3 ou 4 blocs, avec une observation (lecture) collective au préalable de chaque bloc pendant un temps donné.
    En cas d’égalité, les ex-aequos sont départagés sur leur classement d’après 2ème tour, ou sinon 1er tour. En cas d’égalité encore, une super-finale peut être organisée.

Les catégories d’âges

Saison 2017-2018

Année de naissance Catégorie Caté. officielle
2011 Koala
2009 Microbe 1ère année
2009 Microbe 2ème année
2008 Poussin 1ère année
2007 Poussin 2ème année
2006 Benjamin 1ère année
2005 Benjamin 2ème année
2004 Minime 1ère année Jeune
2003 Minime 2ème année Jeune
2002 Cadet 1ère année Jeune
2001 Cadet 2ème année Jeune
2000 Junior 1ère année Jeune
1999 Junior 2ème année Jeune
1998 et avant Sénior Sénior
Au delà de 40 ans Vétéran